L'écrivain :
Du roman à l'encyclopédie en passant par la monographie ou le recueil de nouvelles.


C'est un peu par hasard et sur les recommandations de Didier Houeix, que Thierry Jigourel a signé ses premiers ouvrages. Après avoir rencontré un certain nombre de protagonistes du mouvement néo druidique ou néo bardique de Bretagne pour les colonnes de Pays de Bretagne (numéro spécial Celtics 2), et recueilli un important matériel (documents, informations historiques, portraits, interviews), il propose à Coop Breizh de les réunir sous forme d'ouvrage. Le projet séduit l'éditeur de Spézet, qui décide en 2002, de publier le livre Les Druides, modernité d'une tradition millénaire.


Du Breton Coop Breizh au parisien Déclics

L'ouvrage, salué par la critique, et plébiscité par un lectorat à la fois curieux et averti, fait une belle carrière en librairie. Et ouvre à Jigourel les portes des maisons d'édition.Petit Futé - Jigourel Contacté la même année par l'éditeur parisien Bertrand Dalin, ex responsable des éditions du Petit Futé et directeur des éditions Déclics, il signe un premier ouvrage, en format à l'italienne, illustré par les photos du Vannetais François Le Divenah, et consacré à l'ensemble de la Bretagne. C'est le début d'une longue collaboration. Pour les éditions Déclics, Jigourel collaborera pour plusieurs nouveaux projets (Perros et la Côte de granite rose et Bretagne gastronomique) avec Le Divenah, mais signera aussi avec Yannick Le Gall, un autre Vannetais, un ouvrage consacré à Quimper et la Cornouaille. Le dernier né de cette collection, un portait de Rennes by day et by night, est né, début 2009, d'une collaboration féconde avec Michel Ogier. Par la suite, Thierry Jigourel signera la partie « invitation au voyage » (les textes fondamentaux) du guide Petit Futé Bretagne.
En 2003, contacté par Yvon Boëlle, Thierry Jigourel s'attelle à l'écriture d'un gros ouvrage général, Bretagne Terre celtique, qui sort en 2004 chez l'éditeur parisien Vilo. Il faut croire que la Bretagne plaît et séduit puisque, dans la foulée, c'est Gründ, le vieil et prestigieux éditeur de la rue Mazarine, qui lui commande, pour la collection «espaces de rêve», un autre ouvrage général sur le pays de Merlin et d'Arthur. En quelques chapitres, dont un, historique, un sur l'Armor, un sur l'Argoat et un dernier consacré à l'identité et au devenir de la Breizh, Jigourel dresse un portrait élégant, concis et efficace, de ce pays jadis indépendant qui rayonna sur une bonne partie de l'Europe. Le livre, traduit en anglais pour les éditions National Geographics et en italien pour White Star, connaît un réel succès, les 10 000 exemplaires de l'édition française sont épuisés en deux ans.


Une riche collaboration avec Cpe, « l'éditeur des terroirs de France »

Photo pardon bretonDans la foulée, une belle rencontre avec le journaliste-écrivain « finistérien » Louis Gildas, sorte de Youenn Gwernig mâtiné de John Lennon, l'homme le plus cultivé à l'ouest de la rivière de Morlaix, lui ouvre les portes des éditions Cpe (Communication Presse Edition) l'éditeur entre autre, des Almanachs des régions de France. S'ouvre alors une riche collaboration faite d'échanges et de propositions -et de réalisations- entre l'auteur breton et le Solognot, dont les locaux sont installés à Romorantin. Afin d'honorer ses contrats avec Hel, Jigourel reprend son bâton de pèlerin, ses blocs notes et ses objectifs, pour arpenter, non plus les confins extrêmes du monde celtique, mais des régions françaises bien enracinées. Sous le label Cpe, il publie tour à tour des ouvrages consacrés à la Normandie, au Maine et ... surfant sur le succès de Bienvenue chez les Ch'tis, un hommage appuyé à ces gens du Nord qui le reçurent avec gentillesse et savoir-vivre durant un reportage de plusieurs semaines. Pour Cpe il explorera les arcanes de la vie des paysans bretons à la fin du XIX e siècle et au début du suivant et il écrira des ouvrages consacrés à l'imaginaire des Bretons. Bref, passant de la gastronomie et des produits du terroir aux croyances et aux superstitions, en passant par les traditions vivantes telles que les pardons ou les festoù-noz, il explorera avec passion, patience et minutie, tous les recoins de l'âme de son peuple. Ce qui ne l'empêchera pas, chaque année, de participer à la rédaction de plusieurs almanachs de régions de France à forte identité et aux racines profondes et bien ancrées, comme la Corse, la Vendée, ou la Bourgogne. Pour le même éditeur, il rédigera une Histoire des Bretons basée non sur le territoire, mais sur le peuple breton lui-même, illustrée notamment par Erwan Seure-Le-Bihan.


Du roman historique à l'encyclopédie de la Bretagne

Parallèlement, Thierry Jigourel explore le riche et multiforme imaginaire celtique.Dragons - Jigourel Aux éditions Picollec, en 2005, il publie un Merlin, Tristan, Is et autres contes brittoniques, qui décline en sept grands récits accompagnés de commentaires, une partie importante du légendaire commun au Bretons et aux Gallois.
Chez Soleil, le roman Dragons, illustré par le Brestois Gwendal le Mercier paraît en « beau livre » de 96 pages. Entre mythologie, fantastique et heroic fantasy, il est un vibrant hommage à la vieille figure archétypale celtique et indo-européenne, malmenée par les hagiographes chrétiens.
Récemment, Jigourel s'est attelé à l'écriture d'un roman historique se situant à la charnière de l'Antiquité et du Moyen Age, pour le compte des éditions soleil. Et les éditions Elytis de Bordeaux publieront prochainement deux de ses ouvrages littéraires basés sur les aventures historiques (La dernière expédition du Pourquoi Pas et du commandant Charcot et la remontée du Saint-Laurent par le Malouin Jacques Cartier)
Parallèlement, il rédige un certain nombre d'articles et de chapitres, sur la tradition et l'imaginaire des Bretons pour l'importante encyclopédie de la Bretagne mise en chantier par l'éditeur Tony Sabiani qui entend réaliser pour la Bretagne le travail qu'il a mené à bien pour la Corse.


Le scénariste de bandes dessinées

Sa rencontre avec Jean-Luc Istin, direction de la collection Soleil Celtic, à l'occasion du Festival Interceltique de Lorient, en août 2005, lui ouvre de nouvelles perspectives ; dans les semaines qui suivent, Jean-Luc lui propose de co-signer un scénario consacré aux druides anciens. Rapidement, il est convenu de situer la nouvelle série à la fin du Ve siècle, époque charnière entre l'Antiquité et le Moyen Age. L'ordre des druides pousse son « chant du cygne ». Les moines celtiques descendus de l'île de Bretagne construisent des monastères en Armorique et y impriment la marque de la nouvelle religion. Une série de meurtres étranges ensanglante la petite communauté de l'île de Bréhat: des corps de moines celtiques sont retrouvés sans tête, la poitrine traversée de part en part par des pieux gravés de signes oghamiques. Gwénolé, le puissant abbé de Landévennec, confie, dans l'intention de le confondre, l'enquête à Gwenc'hlan, l'un des derniers druides d'Armorique... Sorte de thriller alto-médiéval, de « nom de la rose » à la sauce celtique, la série Les Druides connaît un franc succès de librairie et est traduit en plusieurs langues dont le gallois, le néerlandais, l'allemand et l'anglais en attendant... le breton, celle des protagonistes de l'histoire . Dans la foulée, conjuguant son intérêt pour l'Histoire et le savoir-faire acquis dans le domaine du scénario de bandes dessinées auprès de Jean-Luc Istin, Thierry Jigourel signe, avec Gérard Clam au dessin, chez Cpe, un one shot consacré à la révolte des Bonnets Rouges, qui avait marqué profondément la Bretagne sous le règne de Louis XIV, puis, avec le même dessinateur, le premier tome d'une série qui se déroule sur fond de guerres de l'ouest durant la révolution française. Une collaboration avec Franckie Alarcon, qui travaille chez Glénat, aboutira à la réalisation d'un autre one shot biographique dédié au plus grand marin breton du XXe siècle : Eric Tabarly.

Copyright © 2010 - 2017 Thierry Jigourel, Tous droits réservés. Reproduction interdite  -  Création : Eclipsis